top of page

Quelles sont les conséquences d'un manque de sommeil sur la santé ?

Dernière mise à jour : 4 mai

Le sommeil est essentiel pour notre santé physique et mentale. Cependant, nous sommes nombreux à rencontrer des problèmes de sommeil, tels que l'insomnie, les troubles du sommeil ou encore un manque de sommeil récurrent. Ces problèmes peuvent avoir des conséquences néfastes sur notre santé et notre vie quotidienne. Heureusement, il existe des solutions pour améliorer la qualité de son sommeil et lutter contre les troubles du sommeil. Dans cet article, nous allons explorer les conséquences d'un manque de sommeil, les habitudes à adopter pour mieux dormir, les troubles du sommeil et leurs conséquences, ainsi que les méthodes pour lutter contre ces troubles, notamment la phytothérapie, les techniques de relaxation et les compléments alimentaires.



Les troubles du sommeil et leurs impacts sur la qualité de vie


Le manque de sommeil peut entraîner des troubles du sommeil, tels que l'insomnie, l'apnée du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos, qui peuvent affecter considérablement la qualité de vie d'une personne. Selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, l'insomnie chronique est associée à une diminution de la qualité de vie, une augmentation des symptômes anxieux et dépressifs, ainsi qu'à une augmentation du risque de maladies physiques telles que les maladies cardiovasculaires et métaboliques (Vgontzas et al., 2014).


De même, l'apnée du sommeil est associée à un risque accru d'accidents de la route, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires (Punjabi et al., 2009). Enfin, le syndrome des jambes sans repos peut entraîner une sensation désagréable dans les jambes qui empêche une personne de s'endormir ou la réveille pendant la nuit, ce qui peut nuire à la qualité du sommeil et entraîner une fatigue diurne excessive (Allen et Earley, 2001).


Les effets du manque de sommeil sur la cognition et les performances mentales


Le manque de sommeil a un impact négatif sur la cognition et les performances mentales. Selon une étude publiée dans la revue Sleep, le manque de sommeil peut entraîner une diminution de l'attention, de la mémoire et de la concentration, ainsi qu'une diminution de la vitesse de traitement de l'information (Lim and Dinges, 2008). De plus, des recherches ont montré que le manque de sommeil peut affecter la prise de décision, la résolution de problèmes et la créativité (Mednick et al., 2008). En outre, le manque de sommeil peut entraîner une détérioration de l'humeur, une augmentation de l'irritabilité et de l'anxiété, ainsi qu'une diminution de la motivation et de la capacité à gérer le stress (Pilcher and Huffcutt, 1996).


Les conséquences physiques d'un manque de sommeil sur le corps


Le manque de sommeil peut avoir des conséquences physiques sur le corps. Selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, le manque de sommeil peut entraîner une augmentation de la tension artérielle, une augmentation de la résistance à l'insuline, une diminution de la tolérance au glucose et une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires (Vgontzas et al., 2010). De plus, le manque de sommeil peut affecter le système immunitaire, ce qui peut rendre une personne plus vulnérable aux infections et aux maladies (Besedovsky et al., 2012). Enfin, le manque de sommeil peut avoir des conséquences sur la régulation du poids, car il peut augmenter la production de l'hormone de l'appétit, la ghréline, et diminuer la production de l'hormone de la satiété, la leptine, ce qui peut entraîner une augmentation de l'appétit et une prise de poids (Taheri et al., 2004).


Les risques accrus de maladies cardiovasculaires et métaboliques


Le manque de sommeil est associé à un risque accru de maladies cardiovasculaires et métaboliques. Selon une étude publiée dans le journal Sleep Medicine Reviews, le manque de sommeil est associé à une augmentation de la pression artérielle, de l'inflammation systémique, de la résistance à l'insuline et du risque de diabète de type 2 (Cappuccio et al., 2011). De plus, une étude publiée dans le European Heart Journal a révélé que les personnes qui dormaient moins de six heures par nuit avaient un risque accru de développer une maladie coronarienne (Ferrie et al., 2013). Enfin, le manque de sommeil est associé à une augmentation des taux de cholestérol et de triglycérides, ainsi qu'à une diminution de la sensibilité à l'insuline, qui sont tous des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques (Spiegel et al., 2005).


Les conséquences émotionnelles du manque de sommeil sur la santé mentale


Le manque de sommeil peut avoir des conséquences émotionnelles sur la santé mentale. Selon une étude publiée dans le Journal of Sleep Research, le manque de sommeil est associé à une augmentation des symptômes de dépression et d'anxiété (Baglioni et al., 2011). De plus, des recherches ont montré que le manque de sommeil peut augmenter le risque de troubles de l'humeur tels que la bipolarité et la dépression (Hafner et al., 2017). En outre, le manque de sommeil peut affecter la régulation des émotions, ce qui peut entraîner une augmentation de l'irritabilité, de la colère et de l'agressivité (Walker and van der Helm, 2009).


Les solutions pour mieux dormir et améliorer la qualité de son sommeil


Il existe plusieurs solutions pour mieux dormir et améliorer la qualité de son sommeil. Selon les recommandations de l'American Academy of Sleep Medicine, il est important de maintenir une routine de sommeil régulière, de créer un environnement propice au sommeil, de pratiquer une relaxation avant le coucher, de limiter la consommation de caféine et d'alcool, et de faire de l'exercice régulièrement (Hirshkowitz et al., 2015).


La phytothérapie pour mieux dormir


La phytothérapie peut être une méthode efficace pour lutter contre les troubles du sommeil et améliorer la qualité du sommeil. Certaines plantes comme la valériane, la passiflore, la camomille, le houblon et la mélisse ont des propriétés sédatives et peuvent aider à induire le sommeil (Bent et Ko, 2004). Selon une revue systématique de la littérature publiée dans le Journal of Pharmacy and Pharmacology, plusieurs études ont montré que la valériane peut aider à réduire le temps d'endormissement, améliorer la qualité du sommeil et réduire les réveils nocturnes (Bent et Ko, 2004). De plus, la passiflore et la camomille ont également montré des effets bénéfiques sur le sommeil dans certaines études (Bent et Ko, 2004).


La relaxation pour mieux dormir


La relaxation est une méthode efficace pour lutter contre le stress et améliorer le sommeil. Il existe plusieurs techniques de relaxation, comme la méditation, la respiration profonde, la visualisation et la relaxation musculaire progressive. La relaxation musculaire progressive est une technique qui consiste à contracter et relâcher les muscles du corps de manière progressive pour réduire la tension musculaire et induire le sommeil (Bower et Woolfolk, 2013). Selon une étude publiée dans le Journal of Psychosomatic Research, la relaxation musculaire progressive peut aider à améliorer la qualité du sommeil chez les personnes souffrant d'insomnie (Bower et Woolfolk, 2013).


L'exercice physique pour mieux dormir


L'exercice physique peut également aider à améliorer la qualité du sommeil. Selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine, l'exercice physique régulier peut aider à réduire le temps d'endormissement, augmenter la durée du sommeil profond et réduire les réveils nocturnes (Kline et al., 2011). De plus, l'exercice physique peut aider à réduire le stress et l'anxiété, qui sont des facteurs qui peuvent perturber le sommeil (Kline et al., 2011). Il est recommandé de pratiquer une activité physique régulière, mais il est important de ne pas faire d'exercice intense avant le coucher, car cela peut augmenter la température corporelle et perturber le sommeil.


Les compléments alimentaires pour mieux dormir


Les compléments alimentaires peuvent également aider à lutter contre les troubles du sommeil. Certaines substances, comme la mélatonine et le tryptophane, sont connues pour leur effet sur le sommeil. La mélatonine est une hormone produite naturellement par le corps qui régule le rythme circadien, le cycle veille-sommeil. La prise de mélatonine sous forme de complément alimentaire peut aider à réduire le temps d'endormissement et à améliorer la qualité du sommeil chez les personnes souffrant d'insomnie (Ferracioli-Oda et al., 2013). Le tryptophane est un acide aminé qui est converti en sérotonine dans le cerveau. La sérotonine est ensuite convertie en mélatonine, l'hormone responsable de la régulation du sommeil. La prise de compléments alimentaires contenant du tryptophane peut aider à améliorer la qualité du sommeil (Hudson et Tadi, 2012).


Conclusion


Un sommeil de qualité est essentiel pour notre santé et notre bien-être. Malheureusement, de nombreux facteurs peuvent perturber notre sommeil et entraîner des problèmes de santé. Heureusement, il existe des solutions pour améliorer la qualité de notre sommeil, telles que l'adoption de bonnes habitudes de sommeil, la prise en charge des troubles du sommeil et l'utilisation de méthodes naturelles pour améliorer la qualité de notre sommeil, comme la phytothérapie et les compléments alimentaires. Si vous rencontrez des problèmes de sommeil, n'hésitez pas à consulter un professionnel de la santé pour trouver des solutions adaptées à votre situation.


Référence:


  • National Sleep Foundation. (2021). Healthy sleep tips. Récupéré sur https://www.sleepfoundation.org/articles/healthy-sleep-tips

  • American Academy of Sleep Medicine. (2014). International classification of sleep disorders, 3rd edition. Darien, IL: American Academy of Sleep Medicine.

  • Morin, C. M., Bootzin, R. R., Buysse, D. J., Edinger, J. D., Espie, C. A., & Lichstein, K. L. (2006). Psychological and behavioral treatment of insomnia: update of the recent evidence (1998-2004). Sleep, 29(11), 1398-1414.

  • Smith, M. T., Perlis, M. L., Park, A., Smith, M. S., Pennington, J., Giles, D. E., & Buysse, D. J. (2002). Comparative meta-analysis of pharmacotherapy and behavior therapy for persistent insomnia. American Journal of Psychiatry, 159(1), 5-11.

  • Ohayon, M. M. (2002). Epidemiology of insomnia: what we know and what we still need to learn. Sleep Medicine Reviews, 6(2), 97-111.

  • Taavoni, S., Ekbatani, N., Kashaniyan, M., Haghani, H., & Koushan, M. (2013). Effect of valerian on sleep quality in postmenopausal women: a randomized placebo-controlled clinical trial. Menopause, 20(9), 936-941.

  • Morin, C. M., Bootzin, R. R., Buysse, D. J., Edinger, J. D., Espie, C. A., & Lichstein, K. L. (2006). Psychological and behavioral treatment of insomnia: update of the recent evidence (1998-2004). Sleep, 29(11), 1398-1414.

  • Smith, M. T., Perlis, M. L., Park, A., Smith, M. S., Pennington, J., Giles, D. E., & Buysse, D. J. (2002). Comparative meta-analysis of pharmacotherapy and behavior therapy for persistent insomnia. American Journal of Psychiatry, 159(1), 5-11.

  • Franco, L., Sánchez, C., Bravo, R., Rodríguez, A. B., & Barriga, C. (2012). Effect of a valerian extract on sleep disturbances and sleep quality in patients with mild to moderate insomnia: a retrospective observational study. Advances in therapy, 29(10), 894-903.

  • Ferracioli-Oda, E., Qawasmi, A., & Bloch, M. H. (2013). Meta-analysis: melatonin for the treatment of primary sleep disorders. PloS one, 8(5), e63773.

  • Hudson, C., & Tadi, P. (2012). Tryptophan supplementation and sleep. Current Opinion in Clinical Nutrition & Metabolic Care, 15(6), 708-713.



bottom of page